« Edition Originale » : l’art-thérapie à destination des jeunes exilés

« Edition Originale » : l’art-thérapie à destination des jeunes exilés

Projet distributeur | Axe du projet : création artistique | Nature du projet : soutien à des ateliers d’art-thérapie| Association 4A | Année 2022

CAPSULE CRÉATION ARTISTIQUE | EDITION ORIGINALE
Un carnet pour se raconter en dessin, retrouver une temporalité, faire lien
Un dispositif de médiation artistique à destination des jeunes personnes exilées porté par l’association 4A

4A est une association fondée en 2018 par deux art-thérapeutes praticienness, Catherine Larré et Marie-Laure Colrat, réunies par leur vision théorique commune de l’art-thérapie, la volonté de défendre une pratique accessible à tous et par leur engagement auprès des personnes en souffrance. 4A conçoit des dispositifs de médiation arts-plastiques.

Favoriser la capacité des jeunes exilés à s’inscrire au présent et à envisager l’avenir 

La perte des repères culturels et temporels pénalisent les jeunes dans leur capacité à s’envisager et à s’inscrire loin de chez eux.

La prise en compte de la souffrance psychique de ces jeunes non intégrés dans le droit commun, reste très limitée. 88% souffrent d’anxiété, 78% de tristesse, 56% de troubles du sommeil, 30% de troubles de la concentration, 22% d’idées suicidaires et 19% de troubles de la mémoire. Sur le plan diagnostique, une majorité de ces patients sont en situation de détresse psychologique (41%), et 30% de syndromes psychotraumatiques ou traumas complexes (Rapport 2019 du Comede, Activité Comede au centre MSF Pantin 2018).

C’est sur ces constats et après 2 ans de suivi et d’évaluation lors des ateliers d’arts plastiques et de photographie (en partenariat avec le Centre de Photographie d’Ile de France et le réseau Diagonal), que l’association 4A conçoit le projet « Edition Originale ».

Les jeunes, orientés*, participent à un atelier collectif par semaine tout au long de l’année et/ou à des stages de 2 jours pendant les vacances scolaires.

Les 3 étapes de l' »Édition Originale »:

  1. Création du carnet
    “L’Edition Originale” est un album, façonné́ par les participants, un objet-support pour les créations picturales à venir. Cet ouvrage est à considérer comme un socle, réceptacle sur lequel viennent s’intégrer les représentations picturales. Créé, assemblé et façonné entièrement par les jeunes – du choix du papier à celui du format – et cousu par leurs soins, la fabrication de cet objet sera le levier d’activation du processus de création grâce à la confiance retrouvée dans la capacité “à faire”. Cette première étape, stratégique, épaule les participants par la suite, pour dépasser les résistances. Tel un objet qui, étape par étape, construit un lien et apprivoise l’incertain. Lors de la première séance un kit de création comprenant un bloc de papier, des crayons de couleur, feutres, gomme, équerre, est offert à chaque participant, ils disposent également d’une pochette à leur nom, personnalisée, pour protéger les créations en cours de réalisation.
  2. Se raconter en dessin, retrouver une temporalité
    Une fois le carnet terminé, les jeunes s’engagent dans le processus de création et bénéficient de l’espace protégé de l’atelier. Les productions réalisées sont dénuées de tout jugement extérieur, moral ou esthétique. Ce cadre autorise les jeunes à s’exprimer librement. L’”Edition Originale”, ouvre pour le participant, la possibilité de s’inscrire, de rassembler ses émotions, de se poser en silence ; un instant hors problématique sociale. Toute proposition artistique est bienvenue pour investir l’ »Edition Originale” : dessin, peinture, écriture, photographie, collage… Si les jeunes se sentent démunis face à la page blanche ou par des obstacles techniques, les art-thérapeutes suggèrent des propositions adaptées à chacun. Le choix d’approcher la création par le biais d’un modèle, enracine l’élaboration graphique dans une réalité “présente”. Les liens graphiques permettent un amarrage dans le “ici et maintenant” tout en maintenant les ponts avec la culture d’origine et un passé qui peut paraître trop lointain. Les créations sont datées, pour redonner un sens à une histoire de vie décousue par des périodes sans inscription et hors temps. Les productions sont intégrées et préservées au fur et à mesure dans le carnet.
  3. Poursuite du travail
    Objet pérenne accessible à tout instant : cette partie du projet parachève le travail de réassurance et d’autonomie. Le renforcement narcissique, autorise les jeunes à s’impliquer par la suite, hors atelier. La circulation du carnet, entre l’atelier et le lieu de vie du jeune, en fait un “objet transitionnel”, un objet de lien.
  4. “L’édition Originale” devient alors le support d’expression qui soutient les jeunes dans leur vie de tous les jours, il reste en leur possession comme un journal de bord en image. Élaborer, investir et conserver ce livre, les aide à tisser une pensée autonome et constructive.

    Les objectifs : 

    • Rompre l’isolement, favoriser les liens sociaux : « Je suis trop seul » Mamadou
    • Recouvrer une temporalité : « Je ne sais pas quand je suis arrivé » Showrob
    • Retrouver la confiance en soi, dans l’autre: « Personne ne veut me comprendre » Modou
    • Prise de distance, autonomisation: « Je ne sais pas faire » Mariam


    Retour sur un contexte douloureux :

    Les mineurs non accompagnés et jeunes majeurs arrivent en France, au terme d’un parcours d’exil douloureux, dans un état psychique parfois très dégradé. Les jeunes sont souvent contraints de fuir leur pays d’origine. Les raisons de leur départ sont multiples : grande précarité, violences intrafamiliales, décès des parents, non accès à la scolarisation, mariage forcé, situation de traite, conflit armé… Arrivés en France les Mineurs Non Accompagnés se trouvent très souvent en dehors de tout dispositif, ils ne bénéficient alors que du soutien des associations avant d’être pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance. Les jeunes majeurs peuvent attendre leur statut de réfugié durant de longs mois en centre d’hébergement ou à la rue.

    Les traumatismes vécus, l’isolement, les ruptures identitaires, culturelles et affectives ainsi que les conditions de vie désastreuses auxquelles ils sont confrontés, engendrent stress, perte de repères et épuisement physique. Ces situations altèrent leurs capacités d’élaboration, de pensée critique et de prise de décision constructive. Ce public, par sa vulnérabilité, est confronté à de nombreux facteurs de risques (réseaux de prostitution et de traite, addictions, trafics…).

    * Les jeunes accueillis dans l’atelier sont orientés par les dispositifs d’accompagnement des Mineurs Non Accompagnés (MNA) : les dispositifs tels que Médecins Du Monde et Médecins Sans Frontières, les associations de terrain (Paris d’Exil, Utopia 56, Droit A l’Ecole…). Les référents et psychologues sont invités à venir avec les participants s’ils le souhaitent. L’association Paris d’Exil responsable des cours de français dispensés à la bibliothèque Couronnes adresse les primo-arrivants les plus fragiles vers 4A pour assister aux ateliers. Le « maillage thérapeutique » issu des liens inter-associatifs soutient les jeunes quotidiennement dans leurs capacités à gagner en confiance et en autonomie.